Les guerres Napoléoniennes

lundi 1er mars 2010
par Bailly Eric

Les réquisitions pour l’armée furent nombreuses et fréquentes au temps de la première République et elles ne firent que croître au temps du Directoire et de l’Empire. Les maires et les exploitants agricoles étaient souvent sollicités par les responsables du district d’Abbeville. Il fallait toujours plus de conscrits, plus d’avoine, plus de paille, des corvées de charroi, des chevaux. Même les cloches furent réquisitionnées : fondues elles servirent à fabriquer des canons.
Après la défaite de l’empereur Napoléon 1er à Waterloo le 18 juin 1815, les troupes anglaises restèrent cantonnées dans notre village. Il fallut subvenir aux besoins de cette armée que Louis XVIII appelait nos troupes alliées et les réquisitions continuèrent.

Réquisitions effectuées par l’armée anglaise en 1815 :

Fournitures aux troupes - Occupation de 1815
AD Somme 99P232153 et 99R332192

Le 30 octobre 1815, le service des vivres des magasins de Montdidier accuse avoir reçu des maires des communes de Longpré 8 vaches pesant ensemble 2000 livres (avec Fontaine et Liercourt), et des sections de Frucourt, Hocquincourt et Hallencourt 22 vaches pesant ensemble 5500 livres (2 documents ci-dessous). À la demande du préfet, ces vaches étaient dues par l’ensemble du canton, le premier document indique la quote-part revenant à chaque commune. Ces réquisitions étaient réalisées pour le service des troupes étrangères.

Fournitures de denrées diverses pour l’approvisionnement des magasins déclarées le 12 janvier 1816 à Longpré Les Corps Saints.


Fournitures de denrées diverses fournis à domicile

.


État des rations de vivres et de fourrage pour la consommation des troupes étrangères.

Les Longiprates médaillés de Sainte Hélène :


Voulue par Napoléon III, la médaille de Sainte Hélène, créée en 1857, récompense les 390 000
soldats encore vivants en 1857, qui ont combattu aux côtés de Napoléon 1er pendant les guerres de l’Empire de 1792 à 1815. En voici les titulaires :

DUCLOY Charlemagne né le 11/06/1793, grade : soldat, régiment : 13° cuirassiers, période :
16/10/1812-1816, campagnes : Espagne France, divers : engagé volontaire, blessé à la jambe
gauche par une balle
JAMIER Nicolas né le an 8, grade : soldat, régiment : 39° de ligne, période : 1808-1818, campagnes :
Espagne, France, divers : blessé à la jambe gauche par une balle
MAGNIER Stanislas F né le an 10, grade : cordonnier, soldat, régiment  : 48° de ligne, période : 1813-
 ??, campagnes : Prusse
PELLETIER Antoine Fidèle né le 20/11/1790, profession : garde champêtre, grade : maréchal-ferrant,
soldat, régiment : 3° cheval léger, période : 15/02/1813-après 1818, campagnes : Liepzick, divers:blessé à la main droite.

 

Un soldat de Longpré : RENOUARD Firmin

Il est né à Longpré les Corps Saints le 25 septembre 1773, fils de Victor RENOUARD et de MadeleineTILLIER.

  • Soldat au 42e régiment. 6 nivôse an II ( 26 décembre 1793).
  • Caporal-Fourrier 30 messidor an II (18 juillet 1794).
  • Sergent 16 frimaire an VIII (7 décembre 1799).  Sergent-Major 12 ventôse an VIII (3 mars 1800).
  • Sous-Officier 6 vendémiaire an XII (29 septembre 1803).
  • Sous-Lieutenant 5 fructidor an XIII (23 août 1805).
  • Lieutenant 26 novembre 1807.
  • Capitaine 30 octobre 1810.
  • Membre de la Légion d’Honneur n° 12.178, 14 brumaire an XIII (5 novembre 1804)
  • Fait les campagnes des Ans II, III, IV, V, VI, VII à l’Armée du Nord ; des ans VIII, IX à l’Armée du Rhin ; de l’An XI en Helvétie ; des Ans XII, XIII, XIV ,1806 à l’Armée de Naples ; de 1809 au Tyrol ; de 1811, 1812 en Catalogne et Aragon ; de 1813 en Italie.
  • Il est blessé d’un coup de feu, le 15 novembre 1813, à la main droite, par les Autrichiens à Caldeiro en Italie.
  • Firmin RENOUARD, chevalier de l’Ordre Royal de la Légion d’Honneur, capitaine retraité, épousa Marie Adélaïde SANNIER. Leur mariage fut célébré le 28 novembre 1820 dans l‘église de
  • Doudelainville. Ils eurent 4 enfants : 2 filles et 2 garçons. Le fils aîné meurt jeune. La fille aînée Aglaé, née en 1822, épouse Louis LOUCHET, mère de l’abbé Eugène LOUCHET, né en 1844, vicaire de St Germain d’Amiens, mort le 5 février 1870. La seconde fille devint Mme PLÉ et demeura à Doudelainville. Le second fils, Firmin, fut évêque de Limoges en 1888. Son père avait 57 ans et sa mère 44.

 


Commentaires

Navigation

Météo

Longpre-les-Corps-Saints, France

Conditions météo à 0h0
par weather.com®

Inconnu

°C


Inconnu
  • Vent :  km/h - N/D
  • Pression :  mbar tendance symbole
Prévisions >>


Brèves

Le site de la Mairie

mardi 9 mars 2010

Ne manquez pas de visiter le site de la Mairie de Longpré les Corps Saints. Vous y trouverez toutes les informations utiles concernant le village. Le maire M. Cailleux y fait un travail remarquable.

Sur le Web : Le site de la Mairie